L’histroire des intervalles musicaux à travers les siècles

Par Gael Polles Publié le 25 juin 2014 à 9h21
Rate this post

Avant même la mise à jour de ces travaux en physique et en acoustique, la musique a intuitivement défini comme consonants des sons dont les fréquences fondamentales sont dans un rapport arithmétique simple l'une par rapport à l'autre. C'est ainsi que les intervalles purs d'octave (2/1) et de quinte (3/2) ont toujours été considérés comme des consonances parfaites. Ce n'est que depuis le moyen age que les tierces, majeures (5/4) et mineures (6/5), ainsi que les sixtes sont aussi considérées comme consonances imparfaites. C'est à partir de cette époque que se dégage la théorie de l'harmonie qui étudie en priorité les accords obtenus par superposition de tierces.
La musique contemporaine explorant des voies nouvelles (micro-intervalles, sons inharmoniques), des intervalles plus éloignés que les premiers rapports simples rentrent peu à peu dans le champ des consonances musicales, mais comme des consonances relatives

A lire :  Leçon de guitare Knockin On Heaven's Door Solo 2

Animateur télé, réalisateur et entrepreneur français. A fondé Pratiks en 2008.

Suivez-nous sur Google News Suivez Pratiks sur Google Actualités pour ne rien manquer.

Aucun commentaire à «L’histroire des intervalles musicaux à travers les siècles»

Laisser un commentaire

* Champs requis